Repérer les lieux depuis chez vous

Première chose, et pas des moindres, trouver des paysages où la nature est vraiment belle pour avoir de belles photos de paysages ! Mais comment savoir où il y a des spots photos vraiment top sans bouger de chez soi ?

Par exemple, Google Earth, vous offre des informations géographiques à portée de main ! Cette application s’installe sur n’importe quel smartphone ou tablette en quelques clics. Grace à toutes les photos répertoriées dans l’application vous pouvez tranquillement de chez vous repérer des endroits à photographier.

Ok c’est assez fastidieux à faire mais ça vous fera gagner un temps fou ! A vous les panoramas, hdr ou autre bracketing!

Les heures dorées

Je mets directement les pieds dans le plat : la lumière en photo c’est le sujet majeur ! Un sujet incontournable. Votre quête photographique, votre but ultime commence par la recherche de la belle lumière, sans elle pas de photo magique et logiquement pas de belles photos de paysages !

En photo de paysages vous n’avez aucun artifice à disposition, j’ai d’ailleurs écrit un article sur le sujet des golden hours ici ou les heures dorées pour les non anglophones. Tout est dit dans l’article!

The photographer’s ephemeris

Pour avoir la belle lumière sur vos images il est indispensable d’avoir aussi des outils pour savoir à quel moment la lumière est sublime justement ! Le timing est donc essentiel pour le paysagiste, vous devez être là parfaitement au moment précis pour faire des photos de paysages à couper le souffle.

Dans la lignée du premier conseil pour faire de belles photos de paysages, The Photographer’s Ephemeris ou TPE pour les intimes, est une application que vous devez avoir sur votre smartphone. Elle calcule où la lumière tombe, que ce soit de jour comme de nuit, puisque TPE va au delà des « simples » heures dorées avec aussi les heures bleues, les heures de coucher et de lever du soleil etc. Il calcule les angles par rapport à un lieu géographique donné et même sur des dates ultérieures de calendrier, bien pratique pour repérer les meilleurs moments pour faire de la photo de paysages. Bref, TPE est un outil absolument indispensable, pour être là au bon moment. Ok l’application coûte quelques euros mais c’est à mon sens largement justifié ! C’est le compagnon de route idéal pour tous les photographes de paysages!

Shootez à contrejour

Pour avoir de belles photos de paysages shootez à contrejour ! mais attention à vos yeux ! Si vous fermez votre diaphragme assez fort (comme f/13), vous aurez le soleil en forme d’étoile ce qui ajoute encore un élément de plus sur l’image ! Le flare est aussi un élément très intéressant à avoir sur les photos de paysages, vous savez c’est cet effet avec un halo de lumière.

Cet effet, souvent considéré comme parasite, est dû à une trop forte source de lumière, il entraine une forte baisse du contraste de l’image. Pour info, plus votre capteur aura définition, plus votre boitier sera sensible au flare. A l’époque de l’argentique les boitiers étaient moins sensibles au flare. Bien maitriser le contrejour apporte une touche chaleureuse et dynamique à vos images !

Ouvrez le diaphragme

Personnellement j’aime ouvrir le diaphragme en photo de car si je shoote à contrejour, le soleil se retrouve avec une forme dégradée qui est très intéressante (f/1,8 par exemple). En fermant, vous mettrez aussi le premier plan en valeur et vous obtiendrez probablement un joli bokeh créatif au passage. En général, en photo de paysage, on dit qu’il faut fermer le diaphragme car plus on le ferme, plus la profondeur de champ est grande.

Par conséquent, tous les plans de l’image sont parfaitement nets. Ce qui n’est pas forcement vrai car il est tout à fait possible de faire des photos de paysages avec une ouverture de f/1,8. Il suffit de faire la mise au point sur un élément lointain, l’objectif fera la mise au point à « l’infini » problem solved!

Jouer avec les perspectives du paysage

Dans l’idée de guider le regard ou l’œil du spectateur, il est toujours intéressant d’utiliser tous les éléments du décor comme les falaises, les clôtures, les digues de port, les chemins d’accès, les sentiers, les routes, les jetées, etc. Même si ces éléments sont courbes ou s’arrêtent à un endroit précis, ce sont autant d’éléments qui peuvent avoir une influence sur la photo!

Un premier plan fort

Tout comme avoir un arrière-plan fort, le premier ne doit pas être négligé ! Il va apporter de la cohérence à vos images et surtout guider le spectateur dans la lecture et la compréhension de l’image !

Soignez la composition !

Je parlais juste avant d’avoir un premier plan fort ou de jouer avec les perspectives. La composition aussi joue un rôle fondamental dans la photo de paysage.

Il existe quelques règles bien utiles pour composer efficacement un cliché de paysage comme le très grand classique « règle des tiers ». Mais ce n’est pas la seule : un truc qui marche très bien en photo de paysages c’est aussi le nombre d’or. Je ne compte pas parler de maths dans cet article mais je vous mets l’article Wikipédia dédié à ce sujet est très complet. Le nombre d’éléments dans une photo avec la suite de Fibonacci (1,1,2,3,5,8,13,21…) marche aussi très bien pour composer une image.

Mais pas la peine de mettre beaucoup d’éléments en même temps dans votre photo, il est préférable d’avoir seulement quelques éléments forts et une cohérence dans l’organisation de votre image plutôt que d’avoir une sorte de bouillie d’informations. C’est un savant dosage à avoir, l’expérience et les balades vous apprendront à avoir les meilleurs clichés possibles !

Utilisez des filtres

Dans le rayon un peu technique vous avez les filtres mais rien d’insurmontable je vous rassure.

Si vous vous demandez comment on réalise l’effet fumé sur la mer ou l’effet dynamique d’une rivière, ce sont les filtres ND (Neutral Density en Anglais) qui en sont responsables ! Ces filtres gris ne signifient pas qu’ils colorent la scène, bien au contraire, ils sont là pour « stopper » la lumière en partie.

Ces filtres se vissent devant l’objectif qui sont tous normalement équipés de pas de vis avec un diamètre spécifique à chacun (vous suivez ?). Par exemple un 50mm Nikon a un diamètre de 58mm, il faut donc un filtre de… 58mm ! Il est vrai qu’en temps normal vous entendrez partout qu’avoir des optiques lumineuses super chères est le must du must. Là, pour le coup, c’est exactement l’inverse puisque les filtres ND servent à « stopper » la lumière.

Je m’explique, les filtres ND bloquent une quantité définie de lumière. On parle alors de stop ou de IL. Pour rappel à chaque stop on double la quantité de lumière qui arrive au capteur. Donc, par exemple, un filtre Nd 8 vissé sur votre objectif pour faire la photo de paysages c’est 3 stop de moins (soit par exemple de 1/250s à 1/60s), un Nd 400 c’est 8 stop et un ND 1000 le plus puissant c’est 10 stop de moins, soit autant vous dire qu’on ne voit rien dedans !

Vous l’avez compris, le but est de réduire la quantité de lumière qui arrive au capteur et, ainsi, de faire considérablement baisser la vitesse d’obturation. Plus vous allez baisser cette vitesse d’obturation, plus vos photos de paysages et surtout de bords de mer auront cet effet fumé. Attention : trépied obligatoire ! Vous avez aussi les filtres polarisant qui suppriment les reflets dans l’eau ou sur les surfaces métalliques.

Les filtres sont des accessoires très utiles pour le photographe de paysages. J’en ai pour ma part toujours dans mon sac photo ou vissé sur mes objectifs, soit dans le but de les protéger en randonnée (il existe des filtres neutres de protection), soit dans le but de booster ma créativité.

Le gros problème des objectifs ultra grand angle comme le Nikon 14-24 (top pour le paysage!) ou le samyang 14mm, c’est leur lentille frontale sphérique ou bombée si vous préférez. L’astuce consiste à monter des portes filtres, qui font augmenter le prix rapidement, mais il n’existe pas d’autres solutions pour l’instant.

Le noir et blanc en photo de paysage

Osez les paysages en noir et blanc ! C’est un truc qui fonctionne plutôt bien surtout si le soleil n’est pas de la partie.

Il est vrai que les couleurs de l’automne ou les contrastes dans les montagnes et les endroits vallonnés n’ont vraiment aucune raison d’être en noir et blanc, mais bien avant que j’écrive cet article, des photographes comme Ansel Adam ou Sebastiao Salgado avaient déjà bien compris que le Noir et blanc avaient un rôle à jouer. Pour la petite histoire Ansel Adam photographiait avant la seconde guerre mondiale (époque à laquelle sont commercialisées les premières pellicules couleurs) et n’avait donc pas le choix de la couleur.

Pour aller plus loin j’ai écrit récemment un article sur la photo en noir et blanc que vous pouvez lire. Pas la peine de vous faire un dessin, une belle photo d’illustration fera l’affaire!

Les éléments climatiques

Utilisez tous les éléments à portée d’objectif comme : les orages avec leur ciel très chargé de gros nuages bien noirs. Si vous avez la chance d’habiter au bord de la mer, les tempêtes hivernales sont d’excellents sujets pour la photo de paysage. Restez néanmoins prudent, ne vous aventurez pas sur les digues de port par gros temps, je décline toute responsabilité!

N’ayez pas peur des éléments climatiques pour votre équipement, nos boitiers sont normalement tropicalisés c’est à dire qu’ils ont des joints d’étanchéité partout et peuvent donc aller sous la pluie ou sous les tropiques…  Renseignez-vous sur le site du constructeur de vos boitiers et objectifs pour vous en assurer. Enfin c’est surtout vrai pour les boitiers hauts de gamme, mais l’astuce consiste à mettre une poche plastique transparente par dessus votre boitier. Pour la photo de paysage c’est juste un truc simple mais efficace !

Une autre astuce : après votre sortie photo par mauvais temps ne séchez pas votre boitier avec un sèche cheveux, privilégiez plutôt de le laisser sur votre bureau ou la table quelques heures avec les capots de batterie et de carte mémoire ouvert. La température ambiante suffit à faire partir l’humidité.

Revenez encore et encore

Si vous avez repéré un spot intéressant en vous baladant ou en faisant autre chose, essayez de revenir à différents moments de la journée, voire des saisons, pour obtenir la meilleure photo de paysage possible. Le fait de revenir encore et encore va peut-être vous faire découvrir un élément plus intéressant à prendre en photo ou une luminosité particulière, etc.

Pendant les saisons, le soleil change aussi de latitude par rapport à la terre, ce faisant, cela peut apporter LE truc qui fera de votre photo de paysage une photo absolument magnifique ! Soyez donc patient.

Cassez les règles de composition

Après toutes ces idées, il est bon aussi de ne garder que quelques éléments vraiment simples dans l’image. Pas la peine d’en faire des tonnes, quelques éléments forts suffisent.

Quand on débute la photo je pense qu’il est bon de maitriser les règles principales de composition, puis, dans un second temps, de s’en affranchir pour laisser place à la créativité. Les règles de composition sont faites pour avoir « facilement » des photos à la fois équilibrées et harmonieuses. Une sorte de charte de bonne conduite pour avoir « facilement » de bonnes photos… osez !

J’utilise par exemple l’espace négatif, on dit souvent qu’il faut « remplir le cadre » mais l’inverse, quand c’est maitrisé, est très sympa aussi ! Vous pouvez aussi cadrer à « 45° », pas en mode portait ni en mode paysage mais entre les deux !

Voyagez dans des régions ou pays vallonnés

Ça peut paraitre simple mais ça fait toute la différence ! Pour avoir de belles photos de paysages et avoir de jolis points de vue, prenez de la hauteur depuis le haut des vallées avec des parties à l’ombre pour donner du contraste à vos images. Je rêve personnellement de partir en Islande pour faire de la photo de paysages, avec toutes ses cascades, rivières, falaises, etc. Toutes les personnes que je connaisse qui y ont voyagé m’ont dit qu’il y a des paysages quasi lunaires ! La météo y change aussi en permanence, il faut évidemment en tenir compte, sans compter ses légendaires aurores boréales ou aurores polaires !

Conseils bonus : attention à la diffraction et au vignettage

Par définition la diffraction est un problème que l’on rencontre sur les objectifs lorsqu’on ferme le diaphragme assez fortement (comme f/16 ou f/22) ayant pour conséquence une perte de netteté sur l’image. Elle n’a pas de lien avec la longueur focale, que ce soit avec une focale fixe ou un zoom : tous les objectifs sont touchés par ce phénomène qui affecte forcément les photographes amateurs de photographie de paysages. Dans ce cas-là, il vaut mieux rester dans une ouverture de f/4 à f/13 si possible.

Il faut savoir aussi que les objectifs ne sont pas vraiment excellents à pleine ouverture puisqu’ils souffrent généralement de vignettage surtout sur les zooms moyens de gamme. Le vignetage est caractérisé par l’assombrissement des coins de l’image, ça n’est pas super esthétique pour la photo de paysages on est d’accord !

Il est bon de connaitre ces problèmes « techniques » avant la prise de vue, en général on ne les voit qu’une fois les images à l’écran de notre ordinateur !

Conclusion

Surtout n’oubliez pas votre trépied ! C’est la base quand on part pour faire des photos de paysages. Le trépied permet de stabiliser l’appareil photo et d’avoir des photos parfaitement nettes !

Même si la nature et les éléments sont parfois capricieux, c’est une question de timing et un peu de technique, mais le reste vient avec le feeling. Je pense que vous avez maintenant toutes les cartes en main pour faire de belles photos de paysages !

J’espère que ce billet vous a plu, n’hésitez pas à partager et commenter cet article. Je me ferai un plaisir de vous répondre si vous avez des questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *